Full text: Mémoires d'un Dada besogneux de l'armistice a 1925

100 
MÉMOIRES D’UN DADA BESOGNEUX 
vrai qu’il était minuit : c’est l’heure où un 
gentleman a le droit de ne plus être tout 
à fait sobre. 
» Plus de six mois, me dit-il, se sont pas 
sés après que mon nouveau voisin de cam 
pagne, sir Richard Ashver, se fut porté 
acquéreur de la propriété qui touche à la 
mienne, sans que je me pusse douter de 
l’extraordinaire et passionnant romantisme 
du personnage que le hasard avait placé 
près de moi. Sir Richard menait l’existence 
discrètement fière et confortable de tous 
les gentlemen anglais dignes de ce nom. 
Son estate, d’une étendue analogue à ce 
lui que je possède, ne comporte pas beau 
coup plus d’un millier d’acres, cinq cents 
de vos hectares français, ce qui n’est rien 
en Angleterre : un homme à son aise, et 
qui prétend à une certaine surface, à une 
certaine tenue, enfin au respect de ses con 
citoyens ne saurait se contenter à moins. 
D’ailleurs milles murailles, nulle clôture, 
pas plus que chez moi : les terres d’un
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.