Full text: Mémoires d'un Dada besogneux de l'armistice a 1925

22 
MÉMOIRES D ? UN UADA BESOGNEUX 
revendications prolétariennes. C’est pour 
ça qu’il ne faut pas y toucher. Il ne faut 
pas y toucher, jamais, jamais ! C’est sacré. 
11 y a aussi des palissades hautes comme 
des remparts, des voitures qui font nau 
frage parce qu’elles n’ont plus la place de 
passer, des automobiles qui se renversent 
en écrasant le monde, et des gens qui pleu 
rent en regardant leurs boutiques fermées 
parce que personne ne peut plus y arriver 
et que ce n’est pas la peine de les ouvrir. 
Et papa dit fièrement : « Ça sera encore 
« comme ça dans vingt ans ! Ça sera tou- 
« jours comme ça ! » Nous allons aussi rue 
de Rennes, boulevard Saint-Germain et 
sur les bords de la Seine. Partout on voit 
des chantiers abandonnés, c’est magnifi 
que ! Papa nous dit : « Pendant les inon- 
« dations, la Seine est entrée dans le sou- 
« terrain C, et l’égout collecteur dans le 
« souterrain D. C’est à cause qu’on ne les 
« avaitpas finis, et on ne les finira jamais. » 
« Papa nous mène d’autres fois place de
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.