L’ŒUF DUR 
4 — i5 
naturelle exige que l’Humanité lasse la part du Feu, les vendeurs 
de papier et d’encre deviennent donc pompiers. Le Pompier 
n’est pas prince, n’est pas Roi, il est Léviathan, Dieu. S’il seyait 
absolument de détacher une cellule de ce grand corps honorable, 
pourrions-nous dire que la couronne de droit revient à Monsieur 
Henri Bordeaux ? Mais en hasardant ce vote, nous serions 
injustes envers les 9.999 autres pompiers et nous pourrions 
désespérer les gens de bonne volonté. Un conseil, tournez la 
table et interrogez l’âme pince sans rire de Jarry, elle vous 
désignera les Ubus qui courent les ruelles, salles de rédaction 
et librairies (aux deux sens du mot). 
Willy : Je crois digne entre tous du titre Prince dès Pompiers 
le poussiéreux Arnyvelde. D’ailleurs, le pompiérisme indubi 
table de Fauteur n’exclut pas chez l’homme une certaine rou 
blardise. Cet astucieux raté voit venir... comme on dit en Alsace, 
Pompier 
P on œil 
Henri Duvernois : Excusez-moi, pour cette fois, de ne pas 
répondre à votre amusante enquête. Je suis incapable de for 
muler par un vote autre chose qu’une admiration. L’œuf, dans 
la circonstance, est un peu trop dur... 
Charles Rappoport : Le Prince des Pompiers, c’est Clé 
mence au ! 
Michel Corday cherchant « du pompiérisme une définition 
précise et ferme », dit : Faute d’une définition exactement limitée, 
on pourrait objecter aussi que les pompiers sont, en somme, 
des gens chargés d’éteindre le feu. Tandis que les écrivains 
que l’on place volontiers à leur tête n’ont gardé du passé que les 
préjugés barbares, les croyances convenues et souillant la haine, 
exaltant la tuerie, au lieu d’éteindre le feu, l’attisent. 
Marcel Sauvage : Le Prince des Pompiers ? le poète moderne 
au sens le plus mondain du mot X, Y ou Z, le monsieur désar 
ticulé qui fait l’acrobate au long du fil à couper le beurre, fil 
qu’il n’a d’ailleurs pas inventé. 
Saint-Georges de Bouhélier : Le Prince des Pompiers ? 
Ah ! franchement, je vois trop de candidats... 
Georges Bonnamour : La littérature actuelle compte à son 
service plus de pompiers qu’il n’en faut pour constituer un régi 
ment, mais comment pourrais-je faire un choix parmi eux ? 
Car si tous portent avec une égale solennité le casque qui les 
coiffe, aucun ne me paraît digne de ceindre la couronne de 
Prince.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.