Full text: La septième face du Dé

Pour Laurena la lampe vive 
boucle les parfums qualité neige 
Quelques grandes figures des fleuves furieux 
des lumières comme des fleurs 
insomnies dans le musée des zoologies incultes 
s’appliquent sur la carrosserie de l’aveugle 
La petite main qui pendait à la cave 
appelle au soleil l’horaire astrologique 
le silence auquel elle a droit 
la chemise de genièvre faible nuageuse 
l’aérographe en cagoule se dédoublant dans les ténèbres 
C’était une ville magnifique 
un modèle de saison 
Toute vie a ainsi ses petites coiffées à l’espagnole 
Pour que les femmes fussent plus belles 
les eaux s’agenouillaient au pied des lits 
l’S.O.S. des mannequins 
Quand le brouillard eut dépassé le lieu du rendez-vous 
les arbres se .prirent à voler impérieux et virginaux 
Ils plaisantaient sans lendemain avec leurs maîtresses 
et quoi qu’il fît presque nuit 
la dernière minute de l’étranger 
commença sa carrière de main d’ivoire 
Les couples insolents buvaient l’eau dormante 
9° . 
eru 
cusxxsnb 
eb üe de Jf^aÂ,ILxsbie 
cctkisbccik üe <>evu de Àeé- < 
Les clartés tirées au sort 
plüs Farouches que le Grarçd Paorj 
plus solitaires que le goût du sarçg 
durait leur période irjFerrçale 
échappant aü,x chasseurs d^onr^n^es
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.