Full text: Intervention surréaliste (1)

91 
à la sublimation; dessécher complètement 
toutes les sources des bonnes mœurs. 
Il faut tenter directement d’en finir, sans 
attendre un changement conditionnel de 
structure économique, mais pour, au con 
traire, accélérer ce changement, avec le 
christianisme et avec ses dérivés. 
Devant la carence à peu près générale, 
ialistes et de quelques 
l’attitude des 
autres est au commencement de ce qui doit 
être fait. 
Pierre YOYOTTE. 
( 1 ) Cette inaptitude est, comme de juste, 
fondamentalement ambivalente. L’occidental 
moyen se repaît continuellement en rêve du 
spectacle de ce qu’il ne peut ou prétend ne 
pas vouloir faire. Voir le contenu et le succès 
du cinéma et du roman policier. 
(2) Il importe de remarquer que les exalta 
tions collectives sont des moyens de réaliser 
les désirs infantiles refoulés, d’abord d’une 
manière idéale et sublimée — l’amour de horde, 
la religion, l’art, sont des équivalents de la 
Sexualité infantile —* ensuite d’une manière 
matérielle et violente en ce sens que l’exalta 
tion collective, surtout si elle est justifiée 
comme une opération morale de mobilisation 
contre un « mal » quelconque, constitue psy 
chologiquement pour les individus qui y par 
ticipent, une permission de faire l’amour et 
de tuer sans restrictions et sans remords. Rien 
d’étonnant à ce que la guerre impérialiste ait 
été et soit encore si facile à déclencher : pour 
l’individu moyen, l’état de guerre, tribut mortel 
payé aux stéréotypies sociales serinées pendant 
l’éducation, permet enfin la levée de l’interdit 
des désirs et peut être désiré consciemment ou 
non comme un véritable état paradisiaque. 
(3) L’ouvrier qui fait grève pour une aug 
mentation de salaire obéit à la nécessité de se 
procurer des biens matériels indispensables. 
D’ailleurs, ce faisant, il se prive. L’argent 
comme tel ne peut être désiré que si sa 
dépense peut être différée. 
(4) Les psychanalystes encouragent les né 
vrosés à parvenir à re stade, comme je l’ai 
expérimenté personnellement. 
(5) C’est la jeunesse qui a fait le fascisme, 
en vertu d’une correspondance existant en 
régime capitaliste entre les grandes forces 
affectives et les âges de la vie. Si l’enfance 
est l’âge du désir, l’état adulte l’âge de l'argent, 
la jeunesse est l’âge du sentiment. 
(6) « Ce seul mot de liberté est tout ce qui 
m’exalte encore... le temps vienne où la poésie 
décrète la fin de l’argent... » André Breton 
(Manifeste du Surréalisme). 
MOR 
DU 
RO 
B 
A Overboelaere-lez-Grammont. 
Triple nomies du ménage représentant plusieurs 
vol. 
Des voleurs se sont introduits dans 
la maison de M. Oscar Van Wymersch, 
chaussée de Lessines, à Overboelaere-lez- 
Grammont, et y ont dérobé tout le linge. 
Ils ont ausi fait main-basse sur l’argent 
qu’ils ont trouvé. Ce n’est que le lendemain 
que le vol a été découvert. 
A quelques centaines de mètres de là 
habite M. Alphone Desmet, chez qui les 
voleurs ont déménagé tous les meubles qui 
se trouvaient dans la pièce qui donne sur 
la rue. Le propriétaire écoutait, avec quel 
ques amis, la T. S. F. dans la pièce conti 
guë. Ils étaient loin de se douter de ce qui 
se passait chez eux lorsque tout à coup, 
années de travail. 
La Naiton belge (18-2-34). 
I ol dans une usine à Cureghem. 
Pen 
dant la nuit, des malfaiteurs se sont intro 
duits dans une usine, rue des Deux Gares, 
à Cureghem. Deux cents tubes en maille- 
chort, de 5 mètres de long et pesent en 
semble 560 kg. ont été volés. Les tubes va 
lent 20 fr. le kg. Les voleurs ont également 
enlevé 250 kg. de tubes en laiton. Les vo 
leurs ont emporté leur butin au moyen d’u 
ne automobile. 
La Nation belge (18-2-34). 
A Liège. 
Imprudence d’enfant. 
Un 
entendant un choc, ils se rendirent dans la garçonnet de 6 ans, le petit Voettaren, ha- 
chambre voisine et ne trouvèrent plus qu’un bitant rue Hocheposte, se trouvait attablé 
fauteuil club coincé dans l’embrasure de la pour dîner avec ses parents lorsqu’il eut la 
porte. Les voleurs ont eu le temps de pren- mauvaise idée de s’emparer d’un couteau 
dre la fuite en emportant le buffet qui con- qu’il s’introduisit dans la bouche. Or, on 
tenait de l’argent. ne sait comment cela se fit, toujours est-il 
— Le lendemain, dans la même commune, que le pauvre enfant se traversa la langue, 
pendant l’absence de M. et Mme Joseph Go- La victime fut transportée d’urgence à l’hô- 
defroid, des voleurs se sont introduits dans pilai où des soins lui furent donnés. 
leur maison et ont emporté toutes les éco- 
La Nation belge (19-2-34)
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.