Full text: L'empereur de chine suivi de Le serin muet

42 
SCÈNE VIII 
ESPHER 
Me voici près d’être virtuel. 
Il faut franchir la muraille. 
La muraille qui sépare ce qui est le temps et 
l’espace de ce qui ne l’est pas. 
Je vais tout pénétrer. 
Je serai le point limite supérieur, insensible à 
l’attraction terrestre. 
Et tous supporteront sur leurs épaules 
La rançon de ma gravité. 
Bel axe étranger à la nutation, 
Agrave te surmonte. 
Chacun me cherche et me nomme, mais sent son 
cerveau possédé et ses pieds mécaniques. 
Il ne sert à rien de rêver, ni d’explorer. 
Il ne s’agit plus que de subir et de monter. 
Le fil à plomb n’est plus signe infaillible ni la 
boussole. 
Je suis le centre, le centre de gravité. 
Le pauvre cœur s’émeut et frémissent les pau 
pières, 
Au moment de te quitter, 
Ma terre. 
C’est la faiblesse connue dont il ne faut pas 
s’émouvoir. 
Celui qui est mort sur la croix 
Il est présent dans le temple —
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.