Full text: La loi d'accomodation chez les borgnes "sursum corda"

— 13 — 
ravissants. La Manucure est en costume d’infirmière, 
mais, derrière seulement, décolletée en pointe jusqu’à la taille, 
jupe très courte, au-dessus des genoux, presque un tutu. Très 
jolie, blonde, elle va de l’un à l’autre, conseille, rectifie, dirige ses 
aides avec autorité ; tout le monde veut avoir à faire à elle ; 
l’Américain entre, il demande à se faire faire les ongles, durant 
ce travail, il lui fait la cour— coquetterie. 
Le Cycliste vient se faire masser, la Manucure lui marque 
une préférence tendre. Le Curé vient acheter des parfums, 
il demande à les essayer d’abord sur les mains de la Manucure, 
qu’il respire ensuite avec volupté. 
Le Peintre entre et demande une fausse-barbe en crêpé, il 
désirerait acheter un manuel sur “ L’Art de se grimer ”. Il a la 
folie du déguisement. 
L’Agent de la sûreté entre et demande des fards pastel, 
qu’il voudrait employer pour “ remonter ” des tableaux pâles... 
Le Marchand de cartes que l’on voit toujours à l’une ou 
l’autre vitrine, contemplant la manucure, la prend pour une 
sœur de charité, il a des visions de dispen- 
SciirC, il offre au passant sa marchandise, tout en dévidant 
son chapelet, puis il achète une rose blanche et entre à l’Institut 
pour l’offrir dévotieusement à la Manucure, dont il baise la robe, 
il la voit telle une sœur blanche.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.