24 
34 
Je connais les chemins dociles 
Qui relient nos douleurs dans l'atmosphère 
Et la voiture des battements homogènes 
Qui va et vient sous le réverbère 
Tu es lumière et ruisseau de l'est à l’ouest 
Tu caches des souvenirs 
Dans les poches de ta veste 
Et tu penses une étoile filante 
Aujourd'hui penché au bord de moi-même 
J'éparpille mes rêves ambulants 
En évations multiples sans retard 
Mais le miroir se tient très calme 
Pour les naufrages des regards
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.