— 2 4 — 
24. La Martyre. 
Figure couchée, grandeur nature ; bronze. 
C’est, reprise en grandeur nature et complétée, 
d’une des figures de la Porte de l’Enfer, dont on 
trouve ici le petit buste sous le n« 68. 
25. L’Enfant prodigue. 
Statue petite nature ; plâtre. 
Appelée aussi : La Prière. 
Cette figure pathétique est empruntée à la Porte 
de l’Enfer. Rodin vivait avec les figures de ses 
créations comme un Balzac avec les personnages de 
ses romans. Il les appliquait à toutes sortes de rôles 
imprévus qui en faisaient comme des figures dis 
tinctes et dissemblables. Ainsi l’Enfant prodigue est 
le même personnage qu’une figure de la Porte, qui 
est portée sur le dos d’une damnée. Ce groupe, 
retourné, a donné le groupe Fugit amor. (Voir le 
no 40). La tête, prise à part et grandie, est devenue 
la Douleur. 
26. Orphée. 
Statue, plâtre. 
Figure détachée d’un groupe formé de cette statue 
et de celle d’Eurydice ou de la Muse, qui le domine 
en volant. 
La figure de la Muse est une reprise, modifiée, de 
la Martyre. (Voir no 24). 
Exposé au Salon de la Société Nationale en 1908. 
27. La Femme accroupie. 
Figure grandeur nature ; plâtre. 
C’est la reprise, grandie, d’une petite figure 
exécutée primitivement pour la Porte de l’Enfer et 
qui représentait la Luxure. 
Le bronze est exposé au Musée du Luxembourg.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.