Full text: Mémoires d'un Dada besogneux de l'armistice a 1925

UN DEVOIR DE STYLE 
9 
C’est la catastrophe — et le tailleur exige 
800 francs ! 
— C’est 800 francs, m’a-t-il dit, et en 
core sans la doublure. 
— Sans la doublure?... 
— Oui. Notre syndicat a décidé que 
désormais nous ferions payer les fourni 
tures à part. 
Je suis ruiné. 11 m’est impossible de 
payer ces prix-là. Car il faut manger : 
nous mangeons du « frigo » ma femme et 
moi, mais la cuisinière continue d’aller 
chez le boucher, pour son usage exclusif. 
Elle affirme que le frigo, c’est de la poi 
son qui lui ferait mal à l’estomac, et que 
jamais elle ne consentira à toucher cette 
saleté-là... 
11 y a aussi les chaussures. Ma dernière 
paire a déjà été ressemelée quatre fois ; 
mais le cuir du dessus s’est crevassé, elles 
prennent l’eau, elles sont hideuses à voir : 
80 francs pour les remplacer, par des sou 
liers Molière.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.