Full text: Mémoires d'un Dada besogneux de l'armistice a 1925

DEUX SOLITAIRES 
185 
pays merveilleux ! Cela me plaît de savoir 
qu’il existe quelque part, ce monde-là. Si 
l’on me disait qu’il a disparu de la terre, 
que tout le monde maintenant vit de la 
même façon, il me manquerait la seule 
chose que je puisse posséder, la joie de 
m’imaginer. Je ne sais pas à quoi je pour 
rais me raccrocher, à quoi je pourrais m’in 
téresser. A moins de m’efforcer de songer 
que je ne vis plus aujourd’hui, mais dans 
le temps passé, quand tout cela était... 
— C’est vrai, dit M me Blin, qu’est-ce qu’il 
lui resterait, si elle savait que tout le monde 
vit comme nous, pas mieux ?... 
Le colonel Lessingham est un brave 
homme. Il avait les larmes aux yeux. Pour 
moi, en ma qualité de bourgeois, j’esti 
mais heureux qu’il y eût des pauvres de 
cette sorte ; en ma qualité de dada, je trou 
vais ces femmes stupides. 
— Mais il y a les autres, les socialistes 
des villes ? 
— Croyez-vous, lit doucement M. Coste-
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.