L’ŒUF DUR 
6 
16 
il avait terni, après le bal, la fraîcheur de la première image d’Yvonne 
par une exagération d’inlelligence ; maintenant, il allait mettre 
Yvonne dans la balance des génies. Il l’imagina passionnément 
heureuse dans ses bras, près de sa chair, — et ce fut sans doute 
pour Jean une belle minute d’exaltation et de force ; elle devait 
être brève, Yvonne n’étant pas de celles qui pouvaient être des 
maîtresses pour Jean. Le rêve de Jean s’écroula sous des images 
d’un réalisme vulgaire et amer : — le père d’Yvonne, quelque 
joyeux gendarme, coureur de filles épris de bonne chère et de 
plaisanteries grasses, — l’amoureux d’Yvonne, un collégien pré 
tentieux sans doute : rivalité digne de Jean ! — Piètres pensées : 
l’image de Goethe et celle d’Yvonne magnifiée, fruits d’un cré 
puscule admirable, étaient piétinées. La route ne fut plus pour 
Jean qu’une longue meurtrissure. 
Ce jour-là étant veille de quinze août, Jean de retour à Flouriac, 
gagna le presbytère pour s’y confesser : « Mon père, pardonnez- 
moi mes péchés d’orgueil : j’ai joué avec des sensibilités de fem 
mes. » — Les larmes d’Yvonne troublaient-elles Jean ? — Il sortit 
du presbytère avec cette attitude béate que prennent les hommes 
qui en consolidant une habitude pensent, peut-être d’ailleurs avec 
raison, s’être prouvé leur liberté. — L’heure était douce : des 
lumières vacillaient ; des femmes assises devant les portes, par 
laient lentement ; solitaire sur sa terrasse, le notaire, silhouette 
bouffie et stupide de personnage balzacien, rêvait à des tracasseries 
et à sa royauté locale... Jean regardait tout affectueusement. 
Il tâtonnait dans une recherche de son cœur, un peu hypocrite 
et pas très sérieuse ; il pensait : « J’ai exagéré par cette humilité 
enfantine qui nous poursuit au confessionnal même quand nous 
avons grandi ; je ne joue pas vraiment avec des sensibilités ; j’ai 
seulement des difficultés intellectuelles... » L’heure était douce : 
Jean cherchait à s’engourdir ; il y a des incertitudes qui flattent 
trop. « Yvonne, pensait-il, Marie-Yvonne, Maryvône et il se per 
dait dans des souvenirs de Bretagne... » Cependant, tandis 
qu’il s’égarait dans le kaléidoscope d’images pittoresques, il dé 
gageait de cette journée, cette double conclusion un peu cada 
vérique en face de sa jeunesse exaltée : — Yvonne n’avait pas 
troublé Jean; Jean ne s’était ému que de lui-même. 
L* Gérant : Jean ALBBRT-WEIL. 
Imprimerie Alençonnaise, 11, Rue des Marcheries. — Alençon
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.