Full text: 5(1923), Mai-Juin. = Nr. 32 (32)

128 
POÉSIE 
d’une sensibilité qui s’écorchait à toutes les pierres du chemin. Even 
tail lumineux et frais des plaines dans la mémoire, à la sortie des tun 
nels et des nuits. Brume, à l'aube des arrivées, poésie de la terre des 
matins. Apparition de la terre des matins que le flot salé apporte 
et balance. 
Villes... 
— J’ai deA souvenir*) de villes comme on a des souvenirs d’amour A 
— L’Europe eAl comme une seule grande ville 
— Oh! ma ALuAe, fille des grandes capitales. 
0 
Reste, au retour, ce graphique déjà jauni d’une vie fiévreuse, errante, 
graphique à travers quoi filtre l’émotion ancienne : 
... le sens de ces poèmes 
Non ce qu'on lit mais ce qui paraît à travers, malgré moi. 
Et Barnabooth, milliardaire et gourmand, las des cuisines de la vie, 
suce des dragées, songeant aux chemins parcourus, aux expériences 
tentées, à l'influence intellectuelle acquise sur les meilleurs d’une géné 
ration de poètes, aux joies qui avaient une figure d’enfant, au trou du 
tombeau, ce départ qui est une arrivée. 
Oh ! prolonger le Aouvenir de cette douleur moderne... 
Les dragées que suce A. O. Barnabooth ont toutes un cœur amer. 
Marcel SAUVAGE.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.