Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

318 
Histoire du 26 Octobre 1915 
pour G. Duhamel. 
“ ... dis Jésus, mon petit” 
C’est le diable qui apparaît au bout de mes nerfs, qui 
s’épanouit au bout de mes regards. Le diable avec une faux qui 
s’allonge comme nos lunettes d’approche. Le diable qui fauche 
les nuages : moisson de pluies. Sa faux siffle un air de music- 
hall. Le diable court dans les rues de Reims. Il se démène. 11 
saute à cloche-pied. Il bondit par dessus les ruines. Brouillard, 
décor Les maisons tout à coup sont des violons de pierre; 
elles s’écroulent d’un bloc, comme frappées de congestion. La 
ville est tendue de pourpre. Des fontaines éclatent en plein 
ciel : mamelles de feu. Le mouchoir du diable est parfumé de 
soufre. Un obus file comme une lettre à la poste, hop 1 il est 
passé comme ce doigt-ci sous mes narines. 11 a râflé les 2 roues 
de notre voiture d’ambulance, une petite automobile américaine 
où nous sommes quatre, l’un saignant sur l’autre. Bénédiction. 
C’est ici le terminus de la vie. Les jardins sont en plein ciel. 
Sainte Sophie résiste au diable. Certaines flammes sont plus 
hautes et plus belles que des cathédrales. Mais qui donc a payé 
ma place? Cette fête est magnifique, vraiment magnifique. Mes 
compliments, Madame, je n’ai jamais rien vu d’aussi beau. Je
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.