de cervelle, qui cuvent le sang de leurs victimes dans les pagodes 
sacrées de l’Hindouslan, le serpent, le crapaud et le crocodile, 
divinités, considérées comme anormales. de l'ancienne Egypte, 
les sorciers et les puissances démoniaques du moyen âge, les 
Promélhée, les Titans de la mythologie foudroyés par Jupiter, 
les Dieux Méchants vomis par l’imagination primitive des 
peuples barbares, —• toule la série bruyante des diables en 
carton. Avec la certitude de les vaincre, je saisis la cravache de 
l’indignation et de la concentration qui soupèse, et j'attends 
ces monstres de pied ferme, comme leur dompteur prévu. 
Il y a des écrivains ravalés, dangereux loustics, farceurs au 
quarteron, sombres mystificateurs, véritables aliénés, qui méri 
teraient de peupler Bicêtre. Leurs têtes crétinisantes, d’où une 
tuile a été enlevée, créent des fantômes gigantesques qui des 
cendent au lieu de monter. Exercice scabreux ; gymnastique 
spécieuse. Passez donc, grotesque muscade. S’il vous plaît, 
retirez-vous de ma présence, fabricateurs, à la douzaine, de 
rébus défendus, dans lesquels je n'apercevais pas auparavant, 
du premier coup, comme aujourd’hui, le joint de la solution 
frivole. Cas pathologique d’un égoïsme formidable. Automates 
fantastiques : indiquez-vous du doigt, l’un à l’autre, mes enfants, 
l’épithète qui les remet à leur place. 
S’ils existaient, sous la réalité plastique, quelque part, ils 
seraient, malgré leur intelligence avérée, mais fourbe, l’opprobre, 
le fiel, des planètes qu’ils habiteraient la honte. Figurez-vous-les 
un instant, réunis en société avec des substances qui seraient 
leurs semblables. C’est une succession non interrompue de 
combats, dont ne rêveront pas les boule-dogues, interdits en 
France, les requins et les macrocéphales-cachalots. Ce sont des 
torrents de sang, dans ces régions chaotiques pleines d’hydres 
et de minoiaures, et d’où la colombe, effarée sans retour, s’en 
fuit à tire-d’aile. C’est un entassement de bêles apocalyptiques, 
qui n’ignorent pas ce qu’elles font. Ce sont des chocs de passions, 
d’irréconciliabilités et d’ambitions, à travers les hurlements 
d’un orgueil qui ne se laisse pas lire, se contient, et dont per 
sonne ne peut, même approximativement, sonder les écueils 
et les bas-fonds. 
Mais, ils ne m’en imposeront plus. Souffrir est une faiblesse, 
lorsqu’on peut s’en empêcher cl faire quelque chose de mieux. 
Exhaler les souffrances d’une splendeur non équilibrée, c’est
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.