ouer 
une maison à I 
zerfällt 
arround 
humides 
the door a swetheart 
commancèrent à brûler 
verzerrt 
in 
der Natur 
c’est 
très 
intéressant les 
griffes 
aufgetan 
Der 
Ceylonlöve 
ist kein 
Journal 
de Genève 
au 
Teerpappe macht Rawagen 
in 
der 
Nacht 
mine 
is waiting patiently 
for 
me 
I 
j’ai 
mis le cheval 
dans 
l’âme 
du 
des 
chrza 
my 
morsures équatoriales 
prrrza 
great room 
chrrrza 
is 
Schwan 
Wer 
Wasser 
braucht 
find 
I 
love 
the 
ladies 
restaurant 
Le 
télégraphiste 
assassine 
Dans 
l’église 
après 
la 
messe 
le pêcheur dit 
à la comtesse : 
Find 
And 
Adieu Mathilde 
was 
when 
er 
it’s 
nötig 
five 
uro 
uru 
uru 
uro 
uru 
uru 
uru 
uro pataclan 
patablan 
pataplan 
u ri 
uri 
uro 
shai 
shai 
shai 
shai 
shai 
shai 
Every 
body is doing it 
doing it 
doing it 
Every 
body 
is 
intestins écrasés 
tata taratata tatatata In Joschiwara dröhnt der Brand und knallt mit schnellen 
that throw there shoulders in the air She said the raising her heart oh dwelling oh 
sant la distance des batteaux Tandis que les archanges chient et les oiseaux tombent Oh! mon 
alte Oberpriester und zeigt der Schenkel volle Tastatur 
yes oh yes oh yes oh yes oh yes yes yes oh yes sir 
son cinéma la prore de je vous adore était au casino du sycomore 
L’Amiral n’a 
L’Amiral n’a 
L’Amiral n’a 
rien trouvé 
rien trouvé 
rien trouvé 
En même temps Mr Apollinaire essayait un nouveau genre de poème visuel, qui 
est plus intéressant encore par son manque de système et par sa fantaisie tourmentée. 
11 accentue les images centrales, typographiquement, et donne la possibilité de comman- 
cer à lire un poème de tous les côtés à la fois. Les poèmes de Mrs Barzun et Divoire 
sont purement formels. Ils cherchent un éffort musical, qu’on peut imaginer en faisant les 
mêmes abstractions que sur une partiture d’orchestre. 
* * * 
* 
Je voulais réaliser un poème basé sur d’autres principes. Qui consistent dans la 
possibilité que je donne à chaque écoutant de lier les associations convenables. Il retient 
les éléments caractéristiques pour sa personalité, les entremêle, les fragmente etc, res 
tant tout-de-même dans la diréction que l’auteur a canal.sé. 
Le poème que j’ai arrangé (avec Huelsenbeck et Janko) ne donne pas une descrip 
tion musicale, mais tente à individualiser l’impression du poème simultan auquel nous 
donnons par là une nouvelle portée. 
La lecture parallèle que nous avons fait le 31 mars 1916, Huelsenbeck, Janko et 
moi, était la première réalisation scénique de cette estéthique moderne. 
TRISTAN TZARA 
7
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.