Full text: 5(1923), Nov.-Déc. = Nr. 34 (34)

MARCEL ARLAND 
2ea 
Je repousse le livre, je veux être fâché et je ne le puis. Est-ce la 
séduction de certaines phrases, acides, délicates et charnelles; ou 
d’abord l'amoralisme nullement pompeux, épars sous ces phrases et 
ces récits. Ce que nous venons de lire, et parfois avec lassitude : au 
fait, ce sont des histoires assez particulières ; deux jeunes femmes 
échangent une tendresse, dont, par surcroît, elles font profiter un ami 
commun ; une autre jeune femme se sent si heureuse qu’elle dérobe, au 
restaurant, une pince à langoustes et la cache sous sa jarretelle. Tout 
cela est dit simplement, sans la brutalité de Morand ni le romantisme 
de Baudelaire ; et si la silhouette de M. Gide apparaît un peu à 
l'arrière-plan, elle a perdu de son air démoniaque : ces anomalies sont 
racontées comme les faits les plus naturels ; on s'en était à peine 
aperçu en les lisant ; on ne peut s’empêcher de sourire ; vraiment 
l'auteur est de choix : dignus dignué eét intrare... 
Il faut mettre hors de pair la première nouvelle : Beauté, mon beau 
souci ; (que les titres de M. Valery-Larbaud sont aimables). C'est un 
récit d’une grâce et d’une habileté étonnantes, et rarement j'eus à ce 
point la sensation d’une œuvre presque parfaite. Une mélancolie 
discrète se joint savamment à l’érotisme et le rend plus aigu. C’est 
délicat, touchant et piquant comme un sein de toute jeune fille ; mais la 
jeune fille devient très banalement mère ; et cette honte médiocre et 
résignée nous propose une admirable sensualité. Et vers l’après-midi, 
lecteurs et héros, nous entrons dans la vallée bienheureuse. 
Marcel ARLAND.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.