Full text: Ça ira (10 = 1921, janvier)

/ 
/ 
Introduction à 
Il est indéniable que la jeune poésie 
française traverse en ce moment une 
période de haut intérêt. L’époque 
incohérente que nous vivons n’est pas 
favorable à l’harmonie des mouvements 
littéraires. Toutefois l’état de guerre a 
eu sa répercussion sur notre sensibilité.' 
Les conditions de la vie ont subi des 
modifications profondes, et loin de se 
tarir, les sources du lyrisme se sont, 
peut-on dire, multipliées. Le tempéra 
ment moderne du poète ne correspond 
plus à l’idée qu’on s’en est formée jus 
qu’ici. La poésie nouvelle, lasse d’étrein 
dre des chimères, cherche de plus en 
plus à se développer sous le contact 
immédiat de la réalité. Le monde a 
changé de face et la canonnade de 
ces dernières années qui a ébranlé 
les bases de l’édifice social, a atteint 
du même coup les monuments de 
l’esprit humain. Le monde ne s'est 
pas encore ressaisi. La conscience 
humaine est bouleversée par les consé 
quences qui ont résulté de la civilisation. 
Tous les principes sont en conflits. 
Cependant une riche floraison de poètes 
a surgi du chaos. Ils nous apportent le 
témoignage supérieur de notre état 
d’esprit moderne et il n’y a dans l’évo 
lution du lyrisme rien d’analogue à leur 
vision du monde. 
La vieille critique conservatrice a 
coutume d’appeler cela un période de 
formation. Cette formule lui permet de 
ne pas prêter attention à l'art vivant. 
Est-ce à dire que notre époque ne pro 
duit pas d’œuvres définitives. Ce serait 
une erreur regrettable de le croire. En 
quelques Poètes 
réalité, la littérature a toujours été en 
formation. Le phases d’unité sont rares 
dans l’histoire des lettres et ce sont 
généralement des époques, où la con 
ception de la poésie est circonscrite par 
un esprit qui s’est imposé. La nouvelle 
génération se meut plus librement et elle 
poursuit une interprétation de plus en 
plus vaste de la vie d’aujourd’hui. 
Il serait cependant puéril de croire 
que cette transformation se soit opérée 
du jour au lendemain. Les courants les 
plus révolutionnaires ont des origines 
lointaines. On est même parfois tenté 
de remonter très loin en arrière pour 
découvrir des précurseurs. Le dadaisme 
descend peut-être de Pythagore. Cela 
semble paradoxal ; pourtant des vers 
dorés comme celui-ci : “Ne pissez pas 
contre le soleil,,, ne font ils pas songer 
aux ésotériques notations de nos plus 
invitérés dadaistes. 
* 
* * 
Un poète qui conserve avec notre 
temps des rapports plus certains c’est 
assurément Villon. Il est de l’avis una 
nime un poète moderne. 
Villon représente le moyen 
âge comme Ronsard représente la 
Renaissance. Ils incarnent les deux 
aspects opposés du sentiment humain 
qui, d’action en réaction, se sont dis 
putés l’empire de la poésie. — Notre 
époque de misère sociale nous rappro 
che de la sincérité cruelle de Villon. 
Notre préférence va aujourd’hui aux 
impulsifs à ceux qui ont poussé le cri du 
cœur sous la pression des évènements.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.