■ ' '• —- 
— 18 — 
Mais l’air qui tend la toile 
Et des visages qui se plissent 
Les persiennes fermées il fait encore clair 
Dans la chambre 
Le tapis gris 
COULEUR 
Dans le recul la forme se précise 
On peut toujours poser le pot de fleurs 
La main rétablit l’ordre 
L’esprit laisse une imperfection sentimentale 
Et nous sommes dans une autre sphère 
Une autre salle 
Sous un autre climat 
La note part des pins où le soleil s’accroche 
; 
Combien d’autres aspects viennent de là 
Je pense 
à quelqu’un plus 
Son nom est dans la barque 
Et ce n’est peut-être pas seulement celui-là 
UNE FENETRE 
La vue s’étend à des miliers de kilomètres 
La tasse de tilleul fume 
trop près du bras 
Au milieu 
l’œil qui tourne le long du mur qui change
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.